Prague, une ville de légendes

Prague, une ville de légendes

Le Golem, Faust, l’astronome Tycho Brahe ou la princesse Libuše à Vyšehrad… voulez-vous savoir comment Prague a obtenu son aura de magie et de mysticisme ?

Cet Avent, nous fêterons les 470 ans depuis la naissance du célèbre astronome Tycho Brahe ! Bien que né à Copenhague au Danemark, il a passé la majorité de sa vie à Prague. Tycho Brahe y est venu sur invitation de l’empereur Rodolphe II alors qu’il voyageait à travers l’Europe. Il s’y est plu et y resta pour assurer les fonctions d’astrologue impérial à la cour, où son collègue et par ailleurs rival était l’astronome Kepler.
L’un des plus importants monuments de la Prague historique – l’église gothique de Notre-Dame du Týn – est liée à la mort de Tycho Brahe. En effet vous pouvez y visiter la tombe de ce célèbre astronome. L’église abrite également 19 autels magnifiquement sculptés dans le style du premier baroque. Les tours de l’église ne sont pas identiques. Celle de sud est plus grande, plus puissante et plus ornée. Elles font 80 mètres de haut et sont les deuxièmes tours les plus hautes de Prague. La tombe de Tycho Brahe a déjà été ouverte deux fois pour examiner son corps, en 1901 et 2006.

Sa mort est accompagnée de nombreux mystères et plusieurs légendes y sont liées. D’après l’une d’elles, il aurait été assassiné par son grand concurrent Kepler. Et en effet, des résidus de mercure ont été découverts dans son corps, ce qui corroborerait cette théorie. Le mercure dans son sang aurait pu provoquer une inflammation du rein qui est la cause la plus probable de sa mort. Mais une énigme subsistait : comment du mercure aurait pu entrer dans son corps ? Entre temps les récentes découvertes ont dissipé tout mystère. La nouvelle autopsie faite en 2006 a certes vérifié la présence de mercure dans la dépouille, mais en trop petite quantité. Une mort naturelle a donc était confirmée.

L’époque de Tycho Brahe est également liée à la légende du mystérieux Faust. Sur la place Charles dans la Nouvelle Ville se trouve une autre des maisons mystérieuses de Prague, le palais Mladota, dit la maison Faust. L’alchimiste et mystique Edward Kelley aurait vécu ici, celui-ci a également passé une grande partie de sa vie à la cour de l’empereur Rodolphe II. La légende de Faust est liée à cette maison. Au cours de l’histoire, on y a découvert de précieux dessins muraux, des chaussures d’enfants emmurées ou des ossements de chats, et l’endroit aurait même recelé une source légendaire. C’est autant d’inspiration pour créer d’obscures rumeurs, sans oublier le trou découvert au plafond par lequel aurait pu se faufiler un adulte, et qui a donné naissance à la légende de Faust. On dit aussi qu’une galerie souterraine mène de la maison jusqu’à l’Hôtel de ville de la Nouvelle Ville. La maison Faust se trouve à côté du magnifique portail Dientzenhofer datant d’environ 1740. Son bâtiment gothique d’origine fut reconstruit en style baroque.

La légende du Golem procure à Prague encore plus de mystère et de mysticisme. Était-ce vraiment une légende ou contient-elle aussi un peu de vérité ? Nous ne le saurons probablement jamais et devrons ainsi nous contenter du mythe. Croyez-y ou non, cela ne dépend que de vous. D’après cette légende, Golem a été créé par le rabbin juif Loew pour qu’il protège le ghetto juif contre les chrétiens. Il était animé grâce au « Haschem », un parchemin que le rabbin introduisait dans son corps. On dit que le Golem était conservé au grenier de la synagogue Vieille-Nouvelle. Une visite au Musée juif vous fera découvrir la vie de la communauté juive de Prague.

L’un des sites les plus mémorables du peuple tchèque est sans aucun doute Vyšehrad. D’après la légende, c’est d’ici que la princesse Libuše a prononcé sa célèbre prophétie –  « Je vois une grande ville dont la gloire touchera les étoiles ». Vyšehrad attire les visiteurs pour sa basilique Saint-Pierre-et-Saint-Paul ou encore pour le cimetière local, dans lequel reposent les personnalités célèbres du peuple tchèque. Vous y trouverez les tombes de Karel Čapek, Božena Němcová, Bedřich Smetana, Antonín Dvořák ou de Waldemar Matuška.

Une autre dominante de Prague est le pont Charles, que Tycho Brahe a certainement traversé lorsqu’il allait observer les étoiles. Le plus ancien pont de Prague a été construit à l’emplacement du pont Judith en 1402. De nombreux mythes sont liés à ce monument, en particulier celui du chevalier Bruncvík. D’après la légende, son épée magique qui décapitait toute seule les ennemis est emmurée dans le pont. Et lorsque le peuple tchèque en aura le plus besoin, le duc Venceslas Ier sortira à la tête des chevaliers de la colline de Blaník et son cheval ouvrira d’un coup de sabot le pont à l’endroit précis où repose l’épée. Les Tchèques attendent toujours ce moment... Le pont Charles est orné de trente statues et groupes sculpturaux, dont la plus célèbre est celle de Jean Népomucène. On raconte que ce religieux tchèque le plus connu a été jeté du pont dans la Vltava ; à l’emplacement de cet acte dans la balustrade de pierre du pont se trouve une petite croix métallique.

Croyez-vous vraiment qu’il ne s’agisse que de légendes ?