Partez avec nous sur les traces d’Alfons Mucha !

Partez avec nous sur les traces d’Alfons Mucha !

Affiches Art nouveau aux ornements sophistiqués, Épopée slave, décoration de la Maison municipale de Prague, vitraux de la cathédrale Saint-Guy, plusieurs musées, atelier au château de Zbiroh...

Nous vous proposons toute une liste d’endroits où vous pouvez voir des œuvres d’Alfons Mucha, le fer-de-lance du style Art nouveau. Il semble qu’Alfons Mucha, né à Ivančice en Moravie du Sud, débordait de talent dès le plus jeune âge, mais que personne n’aurait jamais imaginé qu’il allait devenir peintre. Depuis 1879, date à laquelle il partit pour Vienne en tant que peintre de décorations théâtrales auprès du Ringtheater, son étoile ne cessa de monter.

Souvenirs de Paris

Alfons Mucha serait peut-être resté un artiste d’origine tchèque vivant à Paris à la fin du XIXe et au début du XXe siècle parmi d’autres, s’il n’avait pas fait une rencontre décisive en 1894. Il crée alors une affiche de la pièce Gismonda au théâtre de la Renaissance avec l’actrice Sarah Bernhardt. Alors que l’imprimeur a des craintes quant au style non conventionnel de Mucha, l’actrice l’aime beaucoup et conclura par la suite un contrat exclusif de six ans avec l’artiste. Les affiches ont un succès si vif auprès des Parisiens que des amateurs n’hésitent pas à soudoyer les colleurs pour en obtenir, ou les découpent la nuit avec une lame de rasoir. Vous pouvez admirer les célèbres affiches d’Alfons Mucha, ainsi que ses œuvres datant d’une période plus tardive, à Prague au musée Mucha situé dans le charmant petit palais Kaunitz (Kaunický palác) non loin de la place Venceslas ainsi que dans la Galerie GOAP sur la place de la Vieille Ville. C’est ici que sont exposées plus de trois cent œuvres, y compris des timbres-poste, des billets de banque et des cartes postales créées par Mucha après la proclamation de la Tchécoslovaquie indépendante en 1918. Pour avoir un aperçu général de l’œuvre de Mucha, vous pouvez également visiter l’exposition qui lui est dédiée dans sa ville natale d’Ivančice, près de Brno.

Épopée slave

L’idée de créer une « Épopée slave » est venue à Mucha pendant son séjour aux États-Unis, lorsqu’il travaillait auprès des académies de New York, Chicago et Philadelphie. Cependant, il ne la concrétise qu’à partir de 1910, après son retour en Bohême. De 1912 jusqu’en 1928, le peintre est installé dans l’aile est du château de Zbiroh, non loin de Pilsen, où une grande salle lui sert d’atelier accueillant ses toiles géantes. Lors de votre visite du château, vous verrez non seulement ces espaces, mais aussi une petite galerie du château qui présente, entre autres, une exposition de photos privées créées par Alfons Mucha pendant son séjour. Une partie des photos a servi de modèle pour les différents tableaux.
L’Épopée slave, un cycle de 20 peintures monumentales inspirées de la mythologie slave et de l’histoire des Tchèques, des Moraves et des Silésiens a été présentée pour la première fois au public au Palais des expositions (Veletržní palác) de Prague à l’automne 1928 à l’occasion des célébrations de dix années d’indépendance de l’État tchécoslovaque. Cette collection réunissant vingt toiles est exposée ici jusqu’à la fin 2016. En 2017, les peintures partent pour Tokyo, au Japon, où l’exposition accueille 650 000 personnes en trois mois. À l’occasion du 100e anniversaire de la Tchécoslovaquie, du 26 mai jusqu’à fin 2018, vous pouvez voir neuf toiles de l’Épopée slave accompagnées d’une collection d’affiches dans le cadre de l’exposition Alfons Mucha - Deux mondes au Parc des expositions de Brno.

Où pouvez-vous voir d’autres œuvres de Mucha ?

Après son retour en Bohême, Alfons Mucha travaille non seulement sur l’Épopée slave. Il participe également à la décoration de la Maison municipale et de la Cathédrale Saint-Guy, pour laquelle il conçoit un vitrail inspiré par les débuts du christianisme en Bohême. Vous pouvez admirer cette peinture sur verre aux couleurs éblouissantes, qui est l’un des ouvrages les plus recherchés du Château de Prague, dans la Nouvelle chapelle de l’archevêque (Nová arcibiskupská kaple) qui abrite les dépouilles des archevêques de Prague du XXe siècle. Alfons Mucha décède en 1939, peu après l’occupation allemande de la Tchécoslovaquie. Sa tombe se trouve au célèbre cimetière de Vyšehrad à Prague.