1100 ans de la mort de sainte Ludmila

1100 ans de la mort de sainte Ludmila

Princesse, mère, grand-mère et sainte

Home1100 ans de la mort de sainte Ludmila
En 2021, nous commémorons le 1100e anniversaire de la mort de sainte Ludmila, première sainte tchèque et slave et première femme de la dynastie régnante des Přemyslides dont la vie est documentée. Au cours de sa vie, la Bohême a abandonné le paganisme slave pour devenir peu à peu un pays chrétien, de premières églises de pierre ont été construites et des légendes sont nées. Bien que sa vie soit plus entourée de mystère en raison du décalage dans le temps, des études approfondies révèlent l’histoire remarquable d’une femme forte du haut Moyen Âge.

Image surgissant du passé

Ludmila est née vers l’an 860. Le lieu de sa naissance fait l’objet de spéculations, mais il est probable qu’elle soit née en Bohême centrale dans la ville actuelle de Mělnik comme fille du prince local. Elle est élevée comme une païenne et offre des sacrifices aux dieux slaves. Vers l’âge de 15 ans, elle épouse Bořivoj, le premier prince Přemyslide dont la vie est documentée, souverain de la Bohême centrale et méridionale d’aujourd’hui. Elle est mariée à lui pendant environ 14 ans, au cours desquels elle met au monde 3 fils et 3 filles. En 882, elle se convertit au christianisme, étant baptisée avec son mari par l’archevêque de Moravie Méthode. Devenue veuve vers l’âge de 30 ans, elle ne se retire pas de la vie publique comme il était de coutume. Au contraire, elle prend une part très active en politique, ce qui est mal vu par beaucoup de gens, qui essayent de priver la princesse douairière de son pouvoir et de son influence sur la famille princière régnante. Finalement, Ludmila se réfugie dans son bourg fortifié de Tetín en Bohême centrale, où elle est assassinée le 15 septembre 921. Selon la légende, elle a été étranglée avec son propre foulard. Sa mort a probablement été ordonnée par sa belle-fille, la princesse Drahomíra, qui visait à consolider son pouvoir. Ludmila a été vénérée par le peuple comme une sainte depuis 925, mais une confirmation officielle du pape n’a été délivrée qu’en 1143.

Sur les traces de sainte Ludmila

Bien des siècles se sont écoulés depuis la mort de sainte Ludmila et retrouver ses traces n’est pas facile. Cependant, certaines ont subsisté jusqu’à nos jours. Même aujourd’hui, vous pouvez vous rendre sur le promontoire surplombant la Berounka à Tetín, en Bohême centrale, et contempler les vestiges de l’ancien fort. L’église du village dédiée à la sainte ne s’y trouvait pas de son vivant, il s’agit d’une construction postérieure. Le prince Venceslas, petit-fils de sainte Ludmila, fit transporter au début de son règne la dépouille de sa grand-mère à Prague et la fit enterrer dans la basilique Saint- Georges au sein du château de Prague. Elle y est enterrée à ce jour. Sa tombe se trouve dans la chapelle Sainte-Ludmila dans la nef sud de la basilique. Cependant, son crâne est déposé séparément comme une relique rare dans le trésor de la cathédrale Saint-Guy et n’est présenté au public qu’une fois par an, le 16 septembre, le jour de sa fête. Une autre trace du couple princier de Bořivoj Ier et de sainte Ludmila se trouve directement dans l’enceinte du château de Prague. Lorsque vous empruntez le passage entre la IIe et la IVe cour du château, portez votre attention sur les vestiges de l’église de la Vierge Marie. Cette église a été construite par les époux princiers après leur retour de Moravie où ils ont reçu le baptême chrétien. C’est la plus ancienne église chrétienne de Prague.

Culte de sainte Ludmila

Le culte de sainte Ludmila s’est progressivement étendu de Prague à toute l’Europe et, grâce à des compatriotes, à travers le monde. Parmi les dizaines d’églises et de chapelles dédiées à sainte Ludmila, vous trouverez à la fois des églises anciennes telles que l’église néo-gothique sur la place náměstí Míru à Prague, dans le quartier de Vinohrady, et de nouveaux bâtiments. Plusieurs monastères, fontaines et sources sont également dédiés à sainte Ludmila. La statue la plus connue de sainte Ludmila se trouve à Prague sur le pont Charles ; elle a probablement été créée dans l’atelier de Matyáš Bernard Braun et montre Ludmila en cours d’apprendre à son petit-fils Venceslas à lire à partir d’un livre. La figure de sainte Ludmila fait également partie du monument équestre de saint Venceslas à Prague sur la place Venceslas : la grand-mère « surveille » son petit-fils qui se trouve à sa droite, accompagné par les saints Adalbert, Procope et Agnès de Bohême.

Commémoration des 1100 ans depuis sa mort

De nombreuses commémorations seront dédiées à sainte Ludmila au cours du mois de septembre de cette année. Elles commenceront en août et se poursuivront en septembre et octobre. Expositions, concerts, messes, pèlerinages, tout est prêt pour les 15-17 septembre, lorsque les célébrations auront lieu à Prague au château de Prague, ainsi qu’à Tetín. Si vous venez en République tchèque plus tard, visitez par exemple le Musée tchèque de la musique à Malá Strana, à Prague. Le Musée national a préparé ici une petite exposition intitulée Sainte Ludmila en musique. Vous pouvez la visiter jusqu’au 4 octobre 2021. L’exposition commémore la présence millénaire du culte de sainte Ludmila dans la culture musicale de la Tchéquie. La Bibliothèque nationale prépare à son tour une exposition intitulée Sainte Ludmila et sources écrites, qui présentera la sainte dans divers types de sources écrites. Des pièces uniques seront exposées du 14 décembre 2021 au 30 janvier 2022. En ce qui concerne les pèlerinages mentionnés plus haut, l’un d’eux se démarque. Il s’agit du pèlerinage de Mělník à Tetín, telle une réinterprétation du cheminement du berceau à la tombe. Au cours de ce pèlerinage long de 126 km qui emprunte des chemins de campagne à travers la Bohême centrale, vous pourrez méditer, dans le calme et la solitude, sur votre vie. Et, peut-être, y apporter ensuite un petit changement.