Jours fériés en République tchèque

Jours fériés en République tchèque

Savez-vous quelles sont les fêtes célébrées par les Tchèques ?

HomeWhat's NewJours fériés en République tchèque
Chaque pays a ses jours fériés. Certains sont basés sur des traditions religieuses, d’autres sont associés à l’histoire du pays. Les jours fériés en République tchèque ont pour but de rappeler aux citoyens les traditions, les nobles objectifs et les grands moments historiques sur lesquels l’État tchèque s’est construit. Vous trouverez ici des informations sur les jours fériés qui vous attendent en République tchèque et ce qui se cache derrière eux.

1er janvier : Journée de la restauration de l’État tchèque indépendant et Nouvel An

Le premier jour férié tombe le premier jour de l’année, et il réunit deux fêtes. Comme ailleurs dans le monde, l’arrivée de la nouvelle année est célébrée en République tchèque. À l’occasion du Nouvel An, les particuliers, les familles et les entreprises envoient des cartes de vœux avec des images sympathiques ou amusantes et des vœux de santé et de bonheur pour l’année à venir. C’est une journée de repos et de détente après les célébrations nocturnes animées. Le jour de l’An, la bouillie de lentilles est traditionnellement servie dans les ménages pour souhaiter à tous les convives d’avoir beaucoup d’argent - autant d’argent que de lentilles qu’ils auront mangées. L’autre fête tombant le même jour est la Journée de la restauration de l’État tchèque indépendant. En effet, la Tchécoslovaquie a disparu le 31 décembre 1992 à minuit et, par conséquent, la création de la République tchèque tombe le 1er janvier.

Mars ou avril : Vendredi saint et lundi de Pâques

Les racines culturelles de la République tchèque sont plongées dans la civilisation chrétienne. Pour les chrétiens, Pâques est la plus grande fête de l’année, qui commémore la mort et la résurrection du fondateur du christianisme, Jésus-Christ. Le lundi de Pâques est associé à des coutumes folkloriques qui sont perçues comme des célébrations de l’arrivée du printemps et varient selon les régions. Elles ont en commun que les jeunes filles décorent des œufs avec de la peinture et que ces œufs, nommés kraslice, sont une récompense pour les garçons qui, le lundi de Pâques, font le tour des maisons du village munis de rameaux tressés en forme de fouet. Avec cet outil nommé pomlázka, fait de jeunes branches de saule, les garçons fouettent les fesses des filles. Mais ne vous inquiétez pas, ce n’est que symbolique ! Cette coutume a ses origines dans les rituels païens et vise à donner aux femmes santé et fertilité. La période se caractérise également par les marchés de Pâques, qui se tiennent dans les centres-villes et dans les musées folkloriques en plein air, par exemple à Rožnov pod Radhoštěm en Moravie.

1er mai : fête du Travail et fête des amoureux

Le premier jour de mai est associé à la fête du Travail non seulement en République tchèque, mais presque partout dans le monde. C’est un rappel de la grève des ouvriers américains en 1886. Cette fête, qui a pris diverses formes dans le passé, a encore aujourd’hui une image assez contradictoire. Même 30 ans après la chute du régime communiste, de nombreux Tchèques ont en tête les manifestations obligatoires organisées par les communistes tchécoslovaques. C’est pourquoi la plupart des Tchèques célèbrent le premier mai en tant que fête des amoureux et le perçoivent comme un jour de repos qu’il convient de passer avec la personne aimée en l’embrassant sous un arbre en fleur. Cette tradition a probablement ses racines dans le poème tchèque « Mai » (Máj) du XIXe siècle, qui commence ainsi : « C’était en fin de soirée - le 1er mai - un soir de mai - c’était le temps de l’amour ». Et où trouver un verger fleuri ? Par exemple à Prague sur la colline de Petřín !

8 mai : Jour de la victoire

De nombreuses décennies se sont écoulées depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale sur le continent européen, l’Allemagne nazie ayant capitulé le 8 mai 1945. Cependant, cette guerre a affecté l’histoire du monde et la vie des gens plus que toute autre guerre ayant touché le territoire de la République tchèque. Cette fête nationale tchèque est commémorée chaque année par des célébrations et des défilés militaires dans diverses parties du pays. Parmi les célébrations les plus connues, mentionnons la Fête de la liberté à Pilsen.

5 juillet : Jour de l’arrivée des évangélistes slaves Cyrille et Méthode

La première fête du mois de juillet est célébrée en souvenir de l’anniversaire symbolique de l’arrivée des évangélistes slaves Cyrille et Méthode en Grande Moravie en 863. Ces frères sont venus répandre le christianisme parmi la population slave païenne habitant sur le territoire de l'actuelle République tchèque. Prenant leur tâche très au sérieux, ils traduisirent même des parties de la Bible en vieux slave, inventèrent un alphabet spécial adapté à la langue slave et fondèrent des écoles. Un pèlerinage a lieu en leur honneur chaque année à Velehrad, en Moravie du Sud. Il est probable que c’est dans les alentours du Velehrad actuel que se trouvait jadis le centre de l’État de Grande Moravie.

6 juillet : Jour de la mort du maître Jan Hus

Ce jour férié commémore le maître Jan Hus, prêtre catholique romain, penseur religieux médiéval, enseignant universitaire, réformateur et prédicateur tchèque. Hus, qui fut l’un des premiers réformateurs de l’Église catholique, devança ses successeurs - les réformateurs Luther, Calvin et Zwingli - de près d’un siècle. Désigné comme hérétique, ses enseignements étant considérés comme une hérésie, Hus fut excommunié par l’Église. Il se rendit au concile à Constance, en Allemagne, pour défendre ses enseignements, mais il y fut finalement condamné comme hérétique et brûlé sur un bûcher le 6 juillet 1415 après avoir refusé de révoquer ses enseignements. Si vous voulez suivre les traces de ce penseur du XVe siècle, vous pouvez visiter plusieurs endroits qui sont liés à sa personne. Par exemple, la chapelle de Bethléem (Betlémská kaple) à Prague, où il a prêché, ou sa maison natale à Husinec, en Bohème du Sud

28 septembre : Journée de l’État de Bohême

C’est le second des trois jours fériés liés à l’histoire de l’État de Bohême. Le 28 septembre 935, le prince tchèque Venceslas fut assassiné. Peu de temps après sa mort, il devient le saint patron des pays de la couronne de Bohême et fut vénéré comme un saint catholique. À l’occasion de cette fête, un pèlerinage a lieu à Stará Boleslav, non loin de Prague, où le meurtre a eu lieu. Pour en savoir plus sur saint Venceslas, visitez l’exposition permanente L’histoire du château de Prague (Příběh Pražského hradu) au château de Prague. Parmi les objets exposés, vous verrez le casque et l’armure de saint Venceslas. La recherche scientifique a confirmé qu’il était plus que probable que ces objets lui avaient en effet appartenu il y a plus de 1000 ans.

28 octobre : Journée de la création de l’État tchécoslovaque indépendant

C’est le troisième et dernier jour férié lié à l’État tchèque. Ce jour en 1918, alors que la Première Guerre mondiale arrivait à sa fin, la Tchécoslovaquie indépendante a été déclarée et l’Autriche-Hongrie s’est définitivement effondrée. Cette fête est célébrée dans de nombreux endroits de la République tchèque. Un lieu de fête important est le Mémorial national de Vítkov à Prague, où se tiennent traditionnellement un défilé militaire et un dépôt de gerbes, et, le soir, les décorations d’État sont remises lors d’une cérémonie au château de Prague.

17 novembre : Journée internationale des étudiants et Journée de la lutte pour la liberté et de la démocratie

Deux fêtes ont lieu le même jour de la mi-novembre. La première commémore le 17 novembre 1939, lorsque l’Allemagne nazie, qui occupait alors la République tchèque actuelle, a décidé de fermer toutes les universités tchèques et a fait des raids sur les dirigeants étudiants qui s’opposaient à l’occupation nazie. Plusieurs d’entre eux ont été exécutés sans avoir été jugés et environ 1 200 autres se sont retrouvés dans des camps de concentration nazis. Le second événement a eu lieu le 17 novembre 1989, lorsque la commémoration du 50ème anniversaire de la répression nazie s’est transformée en une manifestation contre le régime communiste. La principale manifestation se tenait sur la Národní třída à Prague, près du Théâtre national. La police a réprimé les manifestants, incitant la population à des grèves massives qui ont conduit à la chute du régime communiste. Des élections libres ont ensuite eu lieu en 1990.
 

24, 25 et 26 décembre : Noël

Noël est une autre importante fête chrétienne qui fait référence à la naissance de Jésus-Christ. Les coutumes de Noël comprennent de nombreuses traditions et superstitions préchrétiennes et chrétiennes, par exemple le dîner de réveillon de Noël (le 24 décembre) avec poisson et salade de pommes de terre, l’allumage du sapin de Noël et le déballage des cadeaux, ou la superstition selon laquelle quiconque jeûne pendant la journée verra un cochon doré le soir. Les deux jours de Noël suivants sont dédiés au repos, aux visites des proches ou aux balades. Les croyants se rendent dans les églises et commémorent les fêtes selon les traditions religieuses. Les marchés de l’avent dans les centres-villes sont indissociables de Noël. Les plus populaires sont ceux de Prague, Olomouc et Český Krumlov.