7 découvertes fascinantes de la science tchèque

7 découvertes fascinantes de la science tchèque

HomeWhat's New7 découvertes fascinantes de la science tchèque
Au cours des 100 dernières années, la science tchèque a donné au monde une grande quantité de connaissances. Elle a connu du succès en particulier dans les domaines technique et scientifique et vous serez peut-être surpris de savoir quelles découvertes et inventions ont des racines tchèques. Des scientifiques de Bohème, Moravie et Silésie ont participé à de nombreuses études et projets à travers le monde. S’il existe des lentilles de contact et des vaisseaux sanguins artificiels ou si la variole a été éradiquée, c’est grâce aux scientifiques tchèques.

Nanofibres

En 2003, un message sensationnel a fait le tour du monde : l’Université technique de Liberec a découvert le procédé technologique de production industrielle de nanofibres de polymère et, en coopération avec la société locale Elmarco, également une technologie unique pour leur production, la nanospider. Le chef de l’équipe de recherche universitaire était le professeur Oldřich Jirsák (* 1947). Des fibres, visibles uniquement au microscope et mille fois plus fines que les cheveux, sont utilisées, par exemple, en médecine (matériau pour vaisseaux sanguins artificiels, dans le traitement des brûlures ou la fabrication de rideaux ; aucune bactérie ou virus ne traverse le matériau nanofibre, alors les molécules d’oxygène le traversent facilement). Les nanofibres, que les experts considèrent comme le matériau du troisième millénaire, sont également utilisées dans les industries aérospatiale, automobile et textile. Vous pouvez fabriquer votre propre échantillon de nanofibres en visitant le Centre scientifique de Liberec iQpark ou Le grand monde de la technologie (Velký svět techniky) à Ostrava.

Groupes sanguins

Jan Janský (1873-1921) était un important neurologue et psychiatre tchèque, professeur à l’Université Charles à Prague. Il a acquis une renommée mondiale en 1906 grâce à la découverte du fait que le sang humain peut être divisé en quatre groupes de base en fonction de certaines différences dans les propriétés des cellules sanguines, auxquels il a attribué les chiffres romains I, II, III et IV. Une découverte similaire a été faite à la même période par le biologiste et pathologiste viennois Karl Landsteiner (1868-1943), qui a décrit trois groupes sanguins en 1900. Bien que le monde reconnaisse que Janský était à l’origine de la découverte, ce fut Landsteiner qui remporta le prix Nobel en 1930. Ce sont les désignations de Landsteiner A, B, AB et 0 qui sont devenues la norme. Quoi qu’il en soit, les pays tchèques y sont pour quelque chose, car la mère de Landstainer était originaire de Prostějov.

Polarographie

En 1924, le chimiste et physicien Jaroslav Heyrovský (1890-1967) construit, avec son étudiant japonais Masuzo Shikata, un appareil pour enregistrer la dépendance du courant à la tension pendant l’électrolyse d’un échantillon à l’aide d’une électrode à goutte. La polarographie permet d’obtenir des informations sur le type et la quantité de substances contenues dans une solution, par exemple pour mesurer la teneur en oxygène dans l’atmosphère, en dioxyde de soufre dans les fumées ou en métaux toxiques dans l’eau. Aujourd’hui, les polarographes informatiques ne manquent dans aucun laboratoire de chimie et sont également utilisés en biologie, en pharmacie ou en biochimie. Pour sa découverte, le professeur Heyrovský a été le premier Tchèque à remporter le prix Nobel de chimie en 1959. Il a dû attendre longtemps, car il a été nommé dix-huit fois au total. La méthode a entre-temps subi un certain nombre d’améliorations techniques et de modernisations. Elle est également présentée à l’exposition retraçant l’histoire de l’Université Charles à Prague.
 

Éradication de la variole

Le fondateur de l’école d’épidémiologie tchécoslovaque moderne Karel Raška (1909-1987) était professeur d’hygiène et, en 1963, il a été nommé directeur de la Section des maladies infectieuses de l’Organisation mondiale de la santé (OMS) à Genève. Il a développé la méthode de la vigilance épidémiologique, qui est aujourd’hui la base de la protection contre les épidémies et a de grands mérites dans l’éradication complète de la variole dans le monde. Cependant, dans son pays d’origine, Raška a été confronté au régime communiste : en 1970, il a été démis de la direction de l’Institut d’épidémiologie et de microbiologie, il a dû quitter son lieu de travail et les autorités lui ont même refusé une pension.

Lentilles de contact et nylon

Les plus anciennes mentions documentées sur des essais de résoudre les défauts oculaires avec une lentille remontent à environ cinq cents ans. Aux temps du professeur Otto Wichterle (1913-1998), fondateur de la chimie macromoléculaire, les lentilles existaient déjà, mais étaient en verre et en plastique dur et rigide. Scientifique et inventeur tchèque, travaillant principalement dans le domaine de la chimie organique macromoléculaire, il s’est engagé dans la synthèse de gels hydrophiles dans le but de trouver un matériau adapté aux implants oculaires. Étant donné que le ministère de la Santé avait mis un terme à ses recherches, Wichterle a commencé à travailler à domicile sur le traitement du gel et a littéralement bricolé le premier appareil de fabrication de lentilles de contact en gel. Aujourd’hui, la célèbre « machine à lentilles » est exposée au Musée technique national de Prague, où une exposition spéciale est dédiée aux recherches du professeur Wichterle.

Même dans son cas, le régime communiste a pour le moins manqué de lucidité, puisqu’il a vendu le brevet aux USA à son insu et pour une fraction du prix ; La Tchécoslovaquie a ainsi perdu environ un milliard de dollars. Les mérites de l’un des scientifiques tchèques les plus importants n’ont été reconnus qu’après la révolution en novembre 1989, lorsqu’il a été élu Président de l’Académie des sciences de la Tchécoslovaquie. Parmi ses 150 autres inventions, la plus célèbre est une fibre de polyamide synthétique, le Sylon.

Vaisseaux artificiels

Les fins tubes flexibles servant de vaisseaux artificiels, imprégnés de collagène, qui sont aujourd’hui monnaie courante en médecine, ont à un moment donné réécrit les manuels de chirurgie vasculaire. Ils ont été inventés par une équipe de scientifiques et de médecins autour du chirurgien Milan Krajíček (1933-2016). Engagé dans la recherche et le développement de prothèses vasculaires, il est à l’origine de nombreuses avancées et possède de nombreux brevets dans ce domaine. Le développement de vaisseaux sanguins artificiels est une spécialité de l’Université technique de Liberec.

Antiviraux : des médicaments pour le monde entier

Le professeur Antonín Holý (1936-2012) est considéré comme l’un des plus grands scientifiques tchèques. Chimiste et naturaliste, il a su porter la recherche au stade de la mise en œuvre pratique et a développé avec son équipe des médicaments contre de nombreuses maladies virales, telles que la variole, le zona, l’inflammation virale des muqueuses et l’hépatite virale B. En collaboration avec la société pharmaceutique américaine Gilead Sciences, il a rendu possible la conversion en une forme galénique des préparations utilisées dans le traitement du VIH/ SIDA. Gilead Sciences paie à l’Institut de chimie organique et de biochimie environ deux milliards de couronnes tchèques par an en droits de licence et en brevets.