Charles le bien-aimé en Tchéquie. Mais qui était-ce et pourquoi vous devez le connaître?

Charles le bien-aimé en Tchéquie. Mais qui était-ce et pourquoi vous devez le connaître?

A l'évocation de l’empereur Charles IV, les Tchèques répondent « père de la patrie ». En 2016, il se sera écoulé 700 ans depuis sa naissance : un anniversaire, à chiffre rond de surcroît, ne peut se passer de grandes festivités.

Vous ne pouvez éviter le nom de Charles lorsque vous visitez la République tchèque – même si vous vouliez le faire. Lors d'une simple promenade dans Prague vous tombez nez à nez avec le pont Charles ou encore avec l’université du même nom. Tout près de Prague à l’ouest, vous avez encore le majestueux château-fort de Carlstein ou bien les bains de Charles ou Carlsbad (Karlovy Vary). Tous ces endroits portent le nom de l’empereur du saint Empire romain Charles IV, qui naquit en 1316 à Prague. Il tomba amoureux de la Bohême et c’est pour cela que d’immenses fêtes sont en préparation pour célébrer le 700-ème anniversaire de sa naissance.
Elles commenceront justement là où Charles IV a commencé sa vie. Á Prague, dans la maison « U Kameny zvon (à la cloche de pierre)» sur la Place de la Vieille Ville. Á partir du 29 novembre s'y tiendra une exposition intitulée "de la Bohême jusqu'au bout du monde" (z Čech až na konec světa) qui montrera son amour pour les voyages. Charles IV fut non seulement un roi tchèque mais aussi empereur du saint Empire romain, soit un souverain de dimension européenne. Bien qu’il vécût en France et en Italie, c'est de la Bohême dont il était amoureux. Et principalement de Prague, dont il fit le centre de tout l‘Empire.

Prague porte l’empreinte du doigt de Charles

Charles IV savait tout simplement comment représenter la majesté de l’empire à travers l’architecture et les arts. Et les pragois lui en sont reconnaissants même 700 ans après. L’empereur commença la construction de la Cathédrale saint Guy et de la Ville nouvelle ; le Pont Charles est jusqu’à nos jours l’un des symboles de Prague ; l’Université Charles fait partie des meilleures universités d'Europe centrale et orientale. Charles IV était en fait un grand défenseur de l’éducation. Il y travailla intensivement, écrivit plusieurs œuvres scientifiques et parlait cinq langues. Si sa manière de régner vous intéresse allez faire un tour, par exemple, dans la maison U Zlatého prstenu (au doigt d’or), où se tiendra une exposition dédiée à la vie quotidienne de Charles IV et à sa famille, les Luxembourg. Par ailleurs, dans la salle du manège de Walldenstein du Château de Prague , se déroulera du 14 mai au 25 septembre, l’année prochaine, une exposition bavaro-tchèque dénommée le Père de la Patrie (Otec vlasti).

Sur les traces de Charles dans les prisons et les thermes

La vive activité de Charles IV ne s’est pas limitée seulement à Prague. Le souverain partait souvent en Bohême occidentale (západních Čech). Pour le gibier, parce que c'était un chasseur passionné, et pour les souvenirs, car il fut emprisonné dans le château médiéval de Loket où il passa une partie de son enfance. Son père Jean de Luxembourg l’y enferma avec sa mère.
Un jour alors qu’il chassait non loin de Loket il découvrit des sources d’eau chaude, grâce auxquelles il fonda des thermes. A l’époque il ne se doutait pas que cette bourgade deviendrait la station thermale mondialement connue de Karlovy Vary (Carlsbad). Ni qu’il ne serait pas le seul souverain, et de loin, à venir y faire des cures pour soigner des affections. La ville thermale compte parmi ses curistes le tsar russe Pierre le Grand ou encore l’impératrice autrichienne Sissi. Les festivités de Karlovy Vary débuteront en mai. Une procession avec Charles IV à sa tête ouvrira solennellement la saison des bains ; début juin le carnaval de Karlovy Vary aura pour thème l’époque gothique et le règne de Charles IV. Pour l’été on prépare des concerts, des duels de chevaliers, des spectacles de rue et encore d’autres évènements. Enfin, en septembre et octobre l’exposition itinérante des répliques des joyaux de la Couronne s’arrêtera à Karlovy Vary.

Rien de tel qu’un château fort pour se défendre

Pour pouvoir défendre sa Bohême bien-aimée, Charles IV fit édifier plusieurs châteaux-forts. Le plus connu - celui de Carlstein – se trouve très près de Prague. Cette majestueuse construction devait protéger les bijoux de la Couronne, les reliques et les joyaux de la Couronne impériale. Ceux appartenant à la Couronne de Bohême y furent conservés près de deux cents ans. Le château, l’un des monuments les plus visités en République tchèque, est de surcroît ouvert toute l’année.
Protéger la frontière avec la Bavière ainsi que les importants gisements d’or devait être la mission du château-fort de Kašperk en Bohême du sud. Il se dresse non loin du Parc national de Šumava. Ce n’est pas loin non plus de Česky Krumlov, ville inscrite sur la liste de l’UNESCO, accessible en voiture en une heure et demie. C'est enfin à l’époque de Charles IV  que fut édifié le château de Radyně à une vingtaine de minutes de Plzen.