Les Pâques tchèques

Les Pâques tchèques

Laissez-vous inspirer par les célébrations de Pâques à la façon tchèque !

HomeWhat's NewLes Pâques tchèques
La fête de Pâques est associée à l’arrivée du printemps. Dans la tradition chrétienne occidentale, cette fête mobile tombe toujours le premier week-end après la première pleine lune du printemps qui suit l’équinoxe, c’est-à-dire le mois de mars ou d'avril. Cette année, Pâques tombent du 2 au 5 avril. Les célébrations de cette fête remontent loin dans le passé. La République tchèque, comme d’autres pays européens, a des racines judéo-chrétiennes, de sorte que Pâques est le résultat d’une combinaison de traditions païennes, juives et chrétiennes, ces dernières ayant pris le dessus. À Pâques, les chrétiens commémorent la résurrection du Christ.

Semaine de la Passion et coutumes populaires

La semaine précédant Pâques est appelée semaine Sainte ou semaine de la Passion. Pour les chrétiens, le premier jour important est le Mercredi des Cendres, appelé en tchèque aussi « Mercredi moche » pour rappeler la trahison de Judas. On l’appelle également « Mercredi de suie » car, ce jour-là, on balayait les cheminées pour faire tomber la suie. Les gens ont l’habitude de faire le grand nettoyage mais, selon la superstition, il ne faut pas se renfrogner car on risquerait d’être moche tous les mercredis de l’année. Le jeudi Saint (« Jeudi vert » en tchèque), vous devriez manger des épinards, du chou ou de la salade d’ortie pour être en bonne santé toute l’année, comme l’indique l’une des coutumes de Pâques. Jeudi, les cloches des églises sonnent pour la dernière fois avant la messe, pour s’envoler ensuite pour Rome. Le Vendredi saint, la voix des cloches était remplacée par celle de toutes sortes de crécelles et d’autres instruments, petits et grands, montés sur des brouettes. Le Vendredi saint est aussi le jour de deuil pour la mort de Jésus et de jeûne strict. Pour les croyants, le Samedi saint (ou « Samedi blanc ») est un jour de recueillement et d’attente. Jadis, c’était aussi le jour où l’on faisait le ménage et blanchissait à la chaux. Les préparatifs du dimanche de Pâques se devaient d’être minutieux. Une table bien dressée, avec de la farce de Pâques et des spécialités nommées beránek, mazanec et jidáše, ne devait manquer dans aucune maison. Les célébrations se poursuivaient ensuite le dimanche, lorsque les églises se remplissaient à nouveau de monde et que les fidèles commémoraient la résurrection du Christ. En revanche, le lundi de Pâques est dédié aux traditions folkloriques, que nous décrivons plus loin.

Œufs peints nommés kraslice

Le symbole le plus célèbre de Pâques non seulement en République tchèque sont les œufs décorés, qui représentaient autrefois la fertilité et la nouvelle vie. Aujourd’hui, ils ont une fonction décorative. Les coquilles d’œufs (que l’on vide en les soufflant) sont décorées selon les traditions familiales ou régionales. Bref, leur décoration varie d’un endroit à l’autre. Vous pouvez trouver des œufs peints et grattés, colorés avec des pelures d’oignon et d’autres colorants naturels, gravés, entourés de fil, décorés à la cire perdue ou perforés. En particulier, la technique de décoration avec de la paille est très ancienne. Commencez par colorer la coquille, puis collez de miniatures morceaux de paille préparés à l’avance sur sa surface. Vous trouverez de jolies instructions ici. Certains œufs sont de vraies œuvres d’art et leur production prend plusieurs jours. Et pourtant ils sont si fragiles !

Pomlázka

Depuis des siècles, la Pâques tchèque est indissociable de la coutume consistant à « fouetter » les jeunes filles et les femmes avec des pomlázka, des tresses d’osier faites à la main. La pomlázka est mentionnée dès le XIVe siècle, mais la tradition est probablement plus ancienne et remonte à l’époque préchrétienne. Garçons et hommes fouettaient leurs bien-aimées avec des brindilles de saule pour qu’elles restent jeunes et en bonne santé pendant longtemps. Peu à peu, la mode de tressage de l’osier s’est développée et la longue pomlázka finement tressée est devenue la fierté de son propriétaire. Aujourd’hui, les pomlázka sont parfois longues de plusieurs mètres. Celles-ci ne servent bien évidemment qu’à la décoration. En République tchèque, les étrennes avec la pomlázka sont toujours observées, bien qu’elles disparaissent peu à peu des grandes villes. Selon la tradition, le lundi de Pâques, les garçons et les hommes font le tour des maisons voisines en chantant et en demandant des étrennes. En récompense, ils reçoivent des œufs peints, des rubans colorés à attacher à leur pomlázka, des gâteaux ou boivent un petit coup. Surtout en Moravie, où l’eau-de-vie artisanale a une forte tradition, les étrennes avec la pomlázka sont plutôt populaires auprès du public masculin !

Où trouver des coutumes traditionnelles ?

Les traditions folkloriques tchèques sont perpétuées par tous les musées tchèques en plein air. L’événement le plus populaire, appelé Pâques en Valachie, se déroule dans le musée en plein air de Rožnov pod Radhoštěm en Moravie. Malheureusement, il n’aura pas lieu cette année en raison de la pandémie. Espérons que la situation sera plus favorable l’année prochaine. Un autre musée en plein air qui maintient les coutumes traditionnelles de Pâques est celui de Veselý Kopec en Bohème orientale, où les visiteurs sont accueillis à bras ouverts dans des bâtiments historiques décorés. Le personnel, vêtu de costumes d’époque, vous fera découvrir des coutumes populaires dont certaines ont été oubliées depuis longtemps. Souvent, vous pouvez confectionner ici un petit souvenir à emporter.

Dimension spirituelle

La dimension spirituelle de Pâques reste vivante en République tchèque, qui possède une tradition catholique. Elle est commémorée dans de nombreux lieux de pèlerinage, comme à Svatá Hora près de Příbram en Bohème centrale, à la paroisse catholique romaine de Velehrad en Moravie ou à Zelená Hora près de Žďár nad Sázavou, monument inscrit au patrimoine mondial de l’UNESCO.